Accueil    Rédacteur Web      Relecture et Correction     Tarifs     Contact
    Navigation :: Accueil :: Articles  :: Les géants du verre brisent la concurence  


Les géants du verre brisent la concurrence

Saint-Gobain est épinglé par la Direction de la Concurrence de la Commission européenne sur le partage du marché de l’industrie automobile et des doutes planent sur la pénurie de bouteilles…

 

De la concentration au cartel

Au cours des dernières années, l’industrie du verre a subi une période de concentrations pour ne laisser en lice que les groupes capables de fabriquer des quantités considérables et réaliser des économies d’échelle. Sont sortis gagnant l’américain OI (Owens-Illinois), leader mondial et Saint-Gobain en n°2.


De tels mouvements n’ont pas été sans attirer l’attention de la Direction Générale de la Concurrence de la Commission européenne. La traque aux cartels est son dada. Aidée par d’aimables correspondants, elle est régulièrement informée des hausses de prix consécutives à la disparition de producteurs locaux et de l’insuffisance du volume de production de verre dénoncée dans divers secteurs.


Ainsi s’est-elle penchée sur le marché du verre dans l’industrie automobile, représenté par les commandes de  toits vitrés, fenêtres de portes, pare-brise et lunettes arrières. Celui-ci est contrôlé à 90% par Saint-Gobain, le britannique Pilkington, le japonais Asahi et le belge Soliver. Identifiant le cartel, la Commission les condamne pour avoir « conclu des accords illicites de partage de marchés et échangé des informations commercialement sensibles concernant les livraisons de verre pour l'industrie automobile ».


Un verre rayé d’une amende

Avant ses étrennes, Saint-Gobain se voit infliger une amende de 896 millions d'euros au titre du cartel sur le marché automobile, soit « 95% du chiffre d'affaires annuel de l'activité OEM (Original Equipment Manufacturer) de St Gobain Vitrage Automobile et plusieurs dizaines d'années de son résultat net ».
Au total, l’amende s’élève à 1,38 milliards d’euros pour les quatre verriers qui s’étaient alliés. Les deux tiers reposent donc sur Saint-Gobain, gratifié ici d’un surplus pour sa récidive en la matière. Bien sûr, notre industriel dépose un recours contre cette amende "manifestement excessive et disproportionnée", mais son recours "n'est pas suspensif" a précisé le porte-parole de la Commission européenne.


Verre fragile mais prix blindé

Aujourd’hui encore ce sont des interrogations qui entourent la pénurie du verre dont souffrent nos producteurs de vins. La hausse des prix des bouteilles en France se situerait entre 15 et 35% entre 2007 et 2008. Nombre de vignerons et de négociants soupçonnent les deux grands groupes Saint-Gobain et l’américain OI de faire en sorte «d’organiser la pénurie» pour s’assurer une meilleure rentabilité.

A nouveau, les services de la concurrence de la Commission devront déterminer si cette pénurie a été organisée par ces entreprises pour augmenter leurs revenus.


Sophie Barthélemy

Novembre 2008


Vous cherchez des articles pour votre site : contactez-moi


Sophie Barthélemy - 21 Cours Jean-Baptiste Rey 13570 BARBENTANE
Tél : 06 12 32 49 25    -    
N° siret :  494 894 421 00010